C’est un cas unique dans l’histoire de la musique. Premier compositeur de la diaspora africaine né en Guinée en 1775, Joseph Antonio Emidy fut esclave au Brésil, puis violoniste virtuose au Portugal avant d’atterrir au Royaume-Uni et devenir l’une des figures musicales les plus remarquées de son temps.