C’est sa veuve qui l’organise, 20 ans après l’assassinat de ce chanteur algérien, emblème de la culture kabyle. Un crime pour lequel ses proches réclament toujours que lumière soit faite. Des artistes berbères de tous âges monteront sur scène.