A l'hiver 2016, le camp informel pour réfugiés désireux de passer clandestinement en Angleterre, la «Jungle de Calais» est une ville naissante où vivent près de 10 000 personnes. En quelques mois, le gouvernement décide le démantèlement d'abord de la zone sud, puis de la partie nord.